La première gifle part. Et elle revient. Encore et encore.

"Une femme battue c'est une vie brisée" Association pour la condition féminine et d'aide aux victimes (Acfav), Mayotte
« Une femme battue c’est une vie brisée »
Association pour la condition féminine et d’aide aux victimes (Acfav), Mayotte

Car la violence ne s’arrête pas là. D’ailleurs elle ne commence pas là non plus, précédée d’agressions verbales (insultes privées ou publiques…) et/ou psychologiques (destruction de l’estime de soi, maintien sous dépendance économique ou affective…) la première gifle est un nouveau basculement vers l’incompréhension, la solitude, le repli sur soi.

Comment comprendre que la personne avec laquelle on a décidé de faire sa vie puisse ainsi se transformer en bourreau ?

« S’il me fait ça, est-ce de ma faute puisque je l’ai choisi lui ? Est-ce que je l’ai provoqué ? »

« Je n’aurais pas du dire ou faire ça. Pourquoi ça m’arrive à moi ? »

« Si cela m’arrivait à moi, je partirai tout de suite. »

Ne dites pas cela car vous ne savez pas ce que sont les entreprises de destructions systématique, d’éloignement de la famille et des amis, la haine, les cris, les pleurs, les coups. N’ayez jamais à subir cela. Jamais. Car en plus de la douleur physique et psychologique, vous risqueriez de ne pas vous reconnaître et cela détruit tout autant que les coups et les insultes.

Partout dans le monde les femmes souffrent et meurent sous les coups de leurs compagnons. La moitié des féminicides est commise par un partenaire ou ex partenaire de vie et le duo viol/violences conjugales met plus en danger la vie des femmes jeunes que le cancer, les accidents de la route, la guerre et de paludisme réunis.

« Une femme sur trois est battue, victime de violence sexuelle ou autrement maltraitée par un partenaire intime au cours de sa vie. »

 1 femme sur 3.

  • quand vous êtes dans une foule, des dizaines de femmes ont subi ces violences.
  • quand vous êtes au restaurant, plusieurs femmes en apparence tranquillement attablées avec leurs compagnons souffrent.
  • dans votre immeuble, dans votre quartiers, plusieurs femmes sont violentées une fois les portes fermées.
  • dans une réunion de famille, avec vos tantes/oncles, cousines/cousins, frères/sœurs, mère/père… quelqu’un a besoin d’aide.

Soyons attentives et attentifs les uns vis à vis des autres, les coups tuent mais l’indifférence aussi.

Si vous avez un doute sur une situation, il y a de grandes malchances pour que vos doutes soient le reflet de la réalité. Parlez-lui, proposez-lui de l’aide, alertez les services de protection. Vous sauverez peut-être une vie.

sources

Quelques contacts pour aider les femmes en danger, annuaire réalisé par Afro-Fem (n’hésitez pas à signaler d’autres services d’urgence)
Quelle est l’étendue des violences faites aux femmes, ONU

Mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles : quelques faits et chiffres, ONU Femmes

FranceFemmes et hommes face à la violence, INSEE

Afrique