Déshabillée et frappée en pleine rue pour une tenue jugée indécente #MyDressMyChoice

Étiquettes
16 novembre 2014

Déshabillée et frappée en pleine rue pour une tenue jugée indécente #MyDressMyChoice

La respectabilité des femmes est trop souvent utilisée pour définir la manière dont elles doivent être traitées et il est fréquent d’entendre des affaires d’agressions sexuelles minimisées à cause de la tenue de la victime.

C’est ce qui est arrivé à une femme kenyane qui a été déshabillée en pleine rue parce que sa tenue n’était pas jugée suffisamment convenable.

Elle a également été frappée dans les parties génitales et insultée par des hommes qui la traitaient de tentatrice.

#MyDressMyChoice

Il semble que certains esprits trouvent légitime d’agresser sexuellement une femme pour corriger son attitude et la faire rentrer dans les rangs de la respectabilité.

Doit-on en déduire que seules les femmes irréprochables méritent leur intégrité physique alors que cela devrait être un dû pour chacune d’entre nous ?

Cette affaire sordide ne s’est pas cantonnée aux rues de Nairobi puisqu’elle a été filmée et que la vidéo circule sur un Internet dont les utilisateurs sont toujours prompts à ridiculiser les plus faibles d’entre nous.

Qui sont donc ces hommes qui agressent les femmes, filment les faits plutôt que de lui porter assistance et participent à leur diffusion à coup de commentaires justifiant ce qui s’est passé ?

C’est particulièrement effrayant.

Mais Internet est également (et heureusement !) un outil permettant à la riposte de s’organiser. C’est ainsi que le hashtag Twitter #MyDressMyChoice a été lancé afin de dénoncer cette affaire ainsi que tous les comportements visant à limiter la liberté des femmes à porter une simple mini-jupe.

La campagne de soutien à cette jeune femme se fait également dans la rue, une manifestation à l’initiative du groupe de femmes Kilimani Mums aura lieu demain lundi 17 novembre à Nairobi.

Par ailleurs Grace Kaindi, responsable de la police kenyane, indique qu’une enquête est en cours afin de retrouver et de punir les auteurs de cette agression.

sources (en anglais)

Women to hold miniskirt protest to support stripped woman, as Kenyans take to Twitter to condemn act, #MyDressMyChoice, The Star

My Dress My Choice: Kenyans React To The Stripping of a Woman, Kiketele.com

liste des tweets du hashtag #MyDressMyChoice

Groupe Facebook Kilimani Mums Nairobi

Partagez

Commentaires

Fotso Fonkam
Répondre

Salut, Estelle.
J'ai regardé cette vidéo moi aussi (ce matin). Et j'avoue que j'ai été choqué par la réaction de ces personnes face à une "simple" mini jupe.
A la suite de ton billet, que je trouve tout à fait justifié, je voudrais relever qu'un simple hashtag ne vous aidera certainement pas à résoudre ce problème (Je ne vois pas comment, en tout cas).
Je pense qu'il faut aller à la source du problème, c'est-à-dire essayer de comprendre POURQUOI ces hommes ont réagi de la sorte. Si je me réfère à la vidéo, la réaction semblait spontanée, non préméditée. C'est pour dire que la grande majorité des hommes de ce coté-là auraient eu sensiblement la même réaction, y compris les policiers (hommes) qui seront affectés à cette enquête (parions qu'elle sera classée sans suite si la commissaire ne s'implique pas personnellement).
Il ne suffit pas créer un hastag pour faire finir ce genre de comportement. Votre hashtag ira-t-il enchaîner les hommes qui tenteront de frapper une autre femme? J'en doute fortement.
A mon avis, c'est un problème de mentalité. On a beau clamer que le monde est un village planétaire, on ne doit pas oublier que chaque famille qui constitue ce village a ses us et coutumes.
Je ne justifie pas la réaction de ces gens, je dis juste que pour régler ce type de problème, il faut en chercher l'origine - la mentalité des hommes?. A partir de là, on aura des pistes de solution - éducation, sensibilisation etc.

Je t'invite à jeter un coup d'oeil sur ce billet, ou je parle des hashtags et des likes comme solutions aux problèmes: À l’aide ! J'ai besoin d’un #hashtag !

Cordialement

Estelle - Afroféministe
Répondre

Bonjour Willy,

Désolée je prends seulement connaissance de ton email.

Les hashtags et autres likes ne sont là que pour médiatiser un sujet et aider à y faire adhérer le plus grand nombre.
Effectivement ça ne fait pas tout et je ne pense pas que les personnes qui les lancent pensent ça :)

Il faut s'attaquer aux causes afin de trouver les meilleures solutions. Ces causes sont connues : patriarcat et domination des hommes.
Si un petit hashtag peut aider certain-e-s à s'en rendre compte : tant mieux !

Estelle